Aujourd’hui, nous vous présentons le point de vue d’une observatrice plutôt que d’un parent. Quelqu’un qui ne pratique pas la DME soit même, mais qui a eu le plaisir de voir l’approche en pratique de façon très concrète.

Un samedi soir, quelques copains se rassemblent au restaurant Alep pour souligner l’anniversaire d’un ami. Avec lui, sa conjointe et leur bébé. Bébé a presque 9 mois, et ce soir, il va manger avec nous. Assis confortablement dans sa chaise haute, il a sa place à la table, et en profite certainement pour échanger regards curieux et petits rires avec toutes les convives qui l’entourent. Bébé a sa bavette, attachée après un gros plateau, un Tidy Tot, prêt à accueillir tous les petits morceaux qu’il engloutira durant la soirée.

Variété au menu

On met au centre de la table plusieurs plats syriens et arméniens à partager. Bébé profitera donc de cette formule pour éveiller ses papilles avec toutes sortes d’aliments aux mille et une saveurs, et il s’en réjouit certainement. Il mange de l’agneau braisé, du houmous, des tomates,  du fenouil cuit, de l’aubergine, du muhammara (trempette à base de piments), mais apprécie particulièrement le poisson… Et pas n’importe quel, du bar et de l’espadon! Il se laisse même surprendre par de l’oignon cru et un quartier de citron.

Bok ChoySa maman privilégie les gros morceaux, comme ceux du poisson dont il ne se tanne pas. Il prend, il mange, apprivoise ce qu’il a dans sa petite bouche, rejette, reprend. Ce véritable spectacle nous fait sourire, nous fait rire, nous impressionne. Nous, mais aussi les autres. Bébé sait facilement aller chercher la sympathie du serveur. Il attire également l’attention des voisins des tables d’à côté, souriant à leur tour de le voir bien concentré à la tâche. 

Le souper terminé, bébé est nettoyé et virevolte à nouveaux sur les genoux des invités qui s’émerveillent devant ce petit bonhomme. Il est propre, aucune nourriture sur le sol, bien heureux de tous ces nouveaux aliments qu’il a pu déguster. Cette soirée-là, bébé avait aussi découvert qu’il avait une voix et qu’il pouvait crier, ce qu’il n’a pas manqué de nous rappeler, tout sourire, à plusieurs moments durant le souper. 

La présence de bébé à notre soirée a été plus que plaisante. Divertissante, certainement, mais aussi touchante, face à ce petit bout d’homme qui découvre la vie par ses sens. Qui fait confiance en ce qu’on lui offre, qui s’y risque, qui s’étonne, qui apprécie, qui profite, et qui arrête, lorsqu’il est repu. Un bel exemple de la joie que peut procurer un bon repas, encore plus lorsque partagé entre amis et avec amour. Un bel exemple de la simplicité des petites joies. 

Merci bébé pour ta belle binette, sale ou propre, qui nous attendrit et nous remplit de bonheur simple et chaleureux.